Nos repères

H

Sans toutes ces traces, Camina n’existerait pas !

H

sd

– de la musique

María del Mar Bonet. Chante en catalan, La Balanguera

Violetta Parra. Documentaire des archives de la RTS : Violetta Parra

Mercedes Sosa. Vidéo de Gracias a la vida

María Peláe. Chanson La Niña

Paco IbáñezSon site officiel A flor de tiempo

Joan Manuel Serrat. Chante en espagnol et en catalan. Site officiel

José Mercé. Chanson Aire

– de la poésie

Mario Benedetti. Poème Hagamos un trato

Federico García Lorca. Émission diffusée sur France Culture en 1995. Une vie, une oeuvre

Miguel Hernández. Site officiel de la Fondation Miguel Hernández

Nicolás Guillén. Site officiel de la Fondation Nicolás Guillén

– de la danse

Lucero Tena. Baile y castañuelas – Guajiras. Vidéo

Antonio Gades et Cristina Hoyos – Seguiriyas, ici

Carmen Amaya – Zapateado, ici

des courts-métrages d’animation

El vendedor de humo, Prix Goya du meilleur film d’animation en 2013, ici

El empleo, Court-métrage argentin, 2008. ici

des films

Cría Cuervos et Bodas de Sangre de Carlos Saura (1976 et 1981)

La lengua de las mariposas de José Luis Cuerda (2001)  

Te doy mis ojos de Icíar Bollaín (2004)

Machuca de Andrés Wood (2005)

Volver de Pedro Almodóvar (2006)

El secreto de sus ojos de Juan José Campanella (2010)

des films-documentaires 

Nostalgie de la lumière de Patricio Guzman (2010)

100 días con la Tata de Miguel Ángel Muñoz

des livres

La ciudad de los prodigios de Eduardo Mendoza

Don Quijote de la Mancha de Miguel de Cervantes

Macanudo de Liniers

Mafalda de Quino.

S

et tant d’autres traces…
Certaines se sont effacées, plus de liens directs, de références précises mais elles se sont toutes glissées dans un geste, un mot, un idée, une pensée. D’autres traces viendront à leur tour !

Rendre hommage enfin à Antonio Machado, grand poète espagnol, qui continue à nous inspirer. Suivre ses traces…

Caminante, son tus huellas
el camino y nada más;
caminante, no hay camino,
se hace camino al andar.
Al andar se hace camino,
y al volver la vista atrás
se ve la senda que nunca
se ha de volver a pisar.
Caminante no hay camino
sino estelas en la mar.

 Antonio Machado  – Extracto de Proverbios y cantares (XXIX)

Don Antonio a beaucoup marché, a traversé des paysages et des langages. Il a souvent franchi des frontières. Celle qu’il préfère c’est  la première. Celle qui lui a ouvert le chemin de la poésie, en France. Elle sera aussi la dernière.
Derrière lui, tout s’est refermé.
Devant lui, l’horizon rétrécit. Lui, si fatigué a décidé de se reposer. Le froid partout, dedans dehors. Il se repose toujours, depuis le 22 février 1939 à Collioure, en paix je l’espère. Dans sa poche, un papier retrouvé et des mots à jamais sont restés, ouverts… Estos días azules y este sol de la infancia

(Les poèmes ne sont pas traduits volontairement sur notre site, mais si vous avez besoin de traductions, nous vous les adresserons).

Textes de références

Cultures et langues – Éduthèque

h